Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Jalons (1984-1988)

En guise de présentation [1]

Une nouvelle revue, à la vérité un bien modeste bulletin, voit le jour qui s’adresse à l’avant garde politique du prolétariat. De par le monde un certain nombre de publications de haute tenue thé­orique paraissent, très souvent en plusieurs lan­gues. Certaines, aux lointaines traditions d’orga­nisation et d’expériences de lutte, se rattachent à une continuité de formulations programmatiques. D’autres plus récentes, apparues grâce à l’irrup­tion de Mai 68, se réclament des apports succes­sifs du prolétariat dont elles ont essayé d’en ti­rer l’essentiel de l’enseignement. Avec un sérieux esprit révolutionnaire, elles œuvrent à une cons­tante investigation. Organes de courants, groupes et noyaux, elles contribuent à faire la lumière sur les problèmes affrontés par le prolétariat.
Qu’elles soient donc saluées pour avoir défendu les armes des principes quand les partisans de la lutte pour le sauvetage de la démocratie face au péril fasciste, franchissaient le Rubicon pour re­joindre leurs aînés en trahison : social-démocra­tes et staliniens. Qu’elles le soient pour avoir su se maintenir fermement ancrées sur la convic­tion de l’inévitabilité de la crise quand divers novateurs, croyant les contradictions du capitalisme disparues pour toujours, déblatéraient dans de luxueuses revues, de l’intégration du proléta­riat au système désormais éternel.
Toute la force du mouvement ouvrier moderne ré­side dans sa capacité théorique. Engels remarquait que l’état dans lequel se trouvait celle-ci, la qualité de son contenu et le champ de son rayonnement, représentaient le véritable bulletin de san­té du prolétariat. Classe rejetée de la société civile, celui-ci n’a pas hérité d’un patrimoine de bien-fonds ni d’institutions matérielles. Son seul acquit est théorique, politique et organisatif. C’est ce dernier que l’ennemi de classe s’est a­charné, depuis Babeuf, à pervertir et à détruire.
Comme chaque fois que le mouvement prolétarien entre dans une période de lutte historique, appa­raissent journaux, revues, bulletins révolution­naires. Pour sa part, JALONS se réclame du fonds d’idées et des vues générales des Fractions de la Gauche Communiste Internationale. Cependant, l’ap­port d’autres courants internationalistes, Gauche germano-hollandaise, anglaise, etc. qui firent preuve d’une profonde intuition politique sur bien de problèmes cruciaux, inspire fortement son orien­tation. Dans leurs rangs elles comptèrent certains des esprits les plus clairs du socialisme interna­tional, dont on ne peut passer sous silence l’énor­me contribution.
L’idée force qui anime ce bulletin, c’est de dif­fuser les principes communistes, d’étudier les lut­tes du prolétariat mondial, de prendre part aux dé­bats qui traversent le camp révolutionnaire. Ses colonnes seront ouvertes à l’analyse du présent ; la polémique n’en sera pas absente. Il affirmera ce qu’il pense être la voie juste en s’efforçant de s’exprimer le plus clairement possible. Sans doute, reviendra-t-il sur certains pronostics et diagnos­tics dès lors que le cours réel des choses leur ap­portera un démenti évident. Alors, il recherchera les causes cachées de ses erreurs pour accéder à une connaissance nouvelle, plus solide. Marx et En­gels, plus tard Lénine, tous n’ont pas craint d’af­firmer "Nous nous sommes trompés".
Le bulletin veut et tend à s’instruire constam­ment ; la paresse intellectuelle lui étant étrangè­re. Cet effort à acquérir une connaissance histori­que objective de la réalité n’est pas un simple in­térêt pour la théorie en soi. Ce sont les nécessi­tés pratiques de la lutte qui y poussent toujours plus fort. A ses yeux, ce qui compte c’est de faire avancer l’intelligence des choses du monde à partir de jalons fermement plantés sur le chemin du commu­nisme.
JALONS devrait paraitre 6 fois par an, consa­crant une large partie de son sommaire à d’anciens textes peu ou pas connus. D’autre part, il accueil­lera, pour les publier, toute critique et collabo­ration inspirées de motivations révolutionnaires sur la base et dans l’esprit de la solidarité com­muniste devant présider et régler les rapports en­tre camarades d’un même camp.
Le souci général n’est pas d’incarner une ortho­doxie rigide, non plus qu’une innovation à tous crins. Comment concilier le marxisme, théorie de la praxis sociale avec une attitude sombrant dans l’immobilité de l’idée fixe ? Inversement, comment faire avancer l’approfondissement en traitant de "chiens crevés" les pionniers qui ont ouvert la voie ? Ces deux attitudes symétriques, en opposition totale avec les besoins de la recherche et de la conti­nuité, ne trouveront aucun écho ici.
Ce dont le bulletin veut se garder comme de la gale, c’est cette affligeante manie de prétendre être investi de la sapience marxiste. C’est la pré­somption à se croire seul révolutionnaire au monde, la vanité à se donner pour interprète exclusif du marxisme qui est à refuser. Toute cette haute opi­nion de soi amène à déconsidérer le travail fourni par d’autres éléments communistes, apport indénia­ble.
Avec une force infime et bien d’insuffisances, commence un travail de publication. Certains déplo­reront l’existence de JALONS. D’autres, oracles, lui prédiront stérilité et fin prochaine et lui dénieront toute légitimité. Ce n’est pas contre ces censeurs que le bulletin existe, mais pour affirmer et contribuer à faire vivre l’étude et la pensée marxistes. Il est et sera un témoignage de la vie de la classe appelée à donner assaut du vieux mon­de.


Sommaires de la revue Jalons (1984-1988)


2 articles écrits par Marc Chirik :

Notes :

[1Le texte qui suit est l’éditorial du numéro 1 de Jalons intitulé "Perspectives de travail".

Les articles de cette rubrique

A lire impérativement !

Conditions essentielles – Voline

INTRODUCTION

Il s’agit des conditions indispensables pour que la révolution (...)

Sommaires du "Bulletin d’Information de la Fraction de Gauche italienne"

Bulletin d’Information de la Fraction de Gauche italienne N°1 - Août 1931 (...)

Sommaires de Négatif (2003 - ...)

Négatif N°1 – 12 Novembre 2003 Rififi à Saint-Denis Affleurement de la réalité (...)

Sortir de la logique du capital

Jusqu’à nos jours et partout dans le monde, le capital a finalement toujours (...)

La fausse conscience du syndicalisme

Lutte syndicale ou lutte radicale

(le syndicalisme et sa raison d’être) (...)

Le syndicalisme dans son plus simple appareil

Je crois avoir apporté une contribution considérable aux discussions sur le (...)

Sur quelques paysages urbains

Les paysages ne sont pas extérieurs à l’homme. Nous habitons le monde qui nous (...)

Sommaires de La Sociale (1895-1896)

Ces numéros ont été numérisés au CIRA-Marseille et au CIRA-Lausanne.

Cette (...)

Sommaires de Les mauvais jours finiront (1986-1993)

Pour l’instant nous ne disposons pas des numéros suivants : Le supplément au (...)

Le laboratoire de la contre-révolution – Italie 1979-1980

"Que les hommes ne fassent plus de révolution tant qu’ils n’auront pas appris (...)



Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53