Supplément hebdomadaire

Voici comment fut présentée cette nouvelle publication des Cahiers de Mai dans un article paru dans son numéro 40 :

Pour une circulation plus rapide des cahiers de revendications, lettres collectives des travailleurs, informations sur les grèves… les Cahiers de Mai publient un Supplément hebdomadaire

Les travailleurs renouvellent, au cours des grèves et des mouvements de ces dernières semaines, une constatation qu’ils font massivement, chacun pour leur part, depuis plusieurs années : "l’information circule mal".
A Renault-Le Mans, à Renault-Cléon ou à Flins, durant ce dernier mois, c’est ce qui se disait continuellement à propos de la grève du département 12 de Billancourt. A Billancourt même, un grand nombre de départements voisins ignoraient les vrais motifs de la grève des ouvriers des presses du département 12.
A Peugeot-Lille, à Peugeot-Mulhouse, l’absence de toutes nouvelles concrètes sur ce qui se passe à Saint-Etienne empêche, en ce moment même, les travailleurs de décider en connaissance de cause de leur participation éventuelle au mouvement.
Dans un tract diffusé à l’occasion du 1er mai 1971, par les Cahiers de Mai, on pouvait lire déjà :

"Chacun comprend le rôle décisif, dans la situation présente, de l’Information directe entre ceux qui luttent. Mais quel type d’information ? Une information faite par qui ?
Les organisations existantes transmettent bien des lettres et des circulaires d’information. Les responsables syndicaux échangent bien des coups de téléphone, participent à des réunions. Pourtant, surtout au cours des luttes, tout le monde dit : "L’information circule mal. "
C’est que l’information n’est pas seulement un certain nombre de lettres, de circulaires et réunions, même si elles permettent la circulation de faits exacts (ce qui n’est pas toujours le cas !).
Ce qui compte d’abord, c’est QUI informe QUI ? Comment cette information est-elle ELABORÉE ? Exprime-t-elle le POINT DE VUE VERITABLE de ceux qui luttent ? Précise-t-elle les MOTIFS VERITABLES de leurs luttes ?
Le but dans lequel cette Information est transmise compte tout autant que la façon dont elle est faite. C’est en fonction du but que l’information la plus utile à tous peut être déterminée.
En transmettant une information, s’agit-il d’obtenir, par exemple, des télégrammes de solidarité, des débrayages plus ou moins symboliques ou encore un soutien financier ?
Ou bien s’agit-li de créer les conditions d’une PARTICIPATION ACTIVE, à ce moment-là, sous la forme la plus efficace, à une LUTTE COMMUNE ?..."

Ce sont ces constatations qui ont conduit les militants des groupes de travail des Cahiers de Mai à apporter tout le soutien qu’ils étaient en mesure de donner à l’élaboration de TEXTES COLLECTIFS D’INFORMATION par les travailleurs d’une usine ou d’un atelier particulier .
Dans la plupart des cas, ces textes collectifs ont été diffusés sous forme de tracts aux ouvriers de la ou des usines à qui ils étaient destinés. Pour un certain nombre d’entre eux, ils ont été publiés dans les Cahiers de Mai.
Mais face à l’immensité des besoins d’informations dans les entreprises, cette diffusion reste encore bien limitée. La parution irrégulière et espacée du journal enlève parfois à ces publications une bonne part de leur utilité immédiate, au cours d’une grève par exemple.
Le cahier de revendications des tisseurs de Tarare, qui est publié dans ce numéro, aurait du l’être depuis un bon mois. Et toute l’activité du groupe "textile" permet d’affirmer que ce document avait une utilité évidente dans de nombreuses usines textiles où les travailleurs sont en lutte contre les rendements.
La faiblesse de nos moyens conduit même à une certaine absurdité. Ce numéro des Cahiers de Mal est en retard parce que les militants qui assurent Ieur publication ont été engagés à des titres divers, dans un certain nombre d’activités ouvrières. Dans la grève des travailleurs de Zimmerfer, par exemple. Pour cette grève, un tract, où les travailleurs expliquent eux-mêmes leur grève, a été tiré à près de 40.000 exemplaires. Or les lecteurs des précédents numéros des Cahiers de Mal n’ont même pas reçu ce tract tiré à 40.000 exemplaires ...
Au cours des trois dernières semaines, les Cahiers de Mai ont été à trois reprises conduits à diffuser, sur une échelle plus large, des notes d’informations imprimées à propos des grèves chez Renault et Peugeot.
Ces notes d’informations, tirées à plusieurs dizaines de milliers d’exemplaires, ont été adressées par la poste aux abonnés du journal et aux militants ouvriers avec qui les groupes de travail entretiennent des relations suivies, en même temps qu’elles étaient diffusées, en tract, aux ouvriers des usines les plus directement concernés.
L’écho qu’ont suscité ces diffusions montre bien à quel point une information contrôlée par les travailleurs peut rendre, à condition qu’elle soit diffusée rapidement, de grands services.
En même temps, de telles publications coûtent de l’argent.
Les Cahiers de. Mai ne peuvent évidemment pas, chaque semaine, envoyer gratuitement par la poste à dès milliers d’exemplaires les informations que l’activité, accumulée depuis cinq ans, fait converger vers eux.

La publication d’un supplément hebdomadaire systématise l’expérience de ces dernières semaines.

C’est pourquoi il est proposé de systématiser l’expérience de ce dernier mois en publiant, à partir du mois de mai 1973, un supplément hebdomadaire payant aux Cahiers de Mai.
Ce SUPPLEMENT ne peut être financé pour l’essentiel que par des abonnements.
Il comportera quatre pages imprimées, format 22 x 32 cm.
Il publiera, chaque semaine, un, deux ou trois documents élaborés par des travailleurs (cahiers de revendications, lettres collectives...) ou des notes d’informations contrôlées collectivement par les travailleurs.
Il publiera également des documents susceptibles d’être utiles pour l’activité de militants ouvriers au cours des luttes, qu’il s’agisse .de synthèses de documents patronaux dont - la diffusion est restreinte ou de synthèses de documents en provenance du mouvement ouvrier international (comme l’analyse de la convention collective de la métallurgie italienne).
A l’occasion aussi, ce SUPPLEMENT HEBDOMADAIRE pourra communiquer le point de vue des groupes de travail qui assurent la publication des Cahiers de Mai sur telle ou telle question.
Le SUPPLEMENT sera imprimé le lundi.
Il sera chez les abonnés le mercredi matin, de façon à pouvoir être utilisé dans les entreprises au cours de la semaine.
Compte tenu de l’effort tant financier que matériel que représente la publication de SUPPLEMENT HEBDOMADAIRE, le journal Cahiers de Mai paraîtra désormais (mais de manière régulière) tous les deux mois, jusqu’à ce qu’il soit possible d’assurer une véritable publication mensuelle.
Le prix au numéro du journal reste inchangé à 3 F. Le prix au numéro du SUPPLÉMENT est de 1F. Ce prix tient compte des frais d’expédition qui, renouvelés chaque semaine, représentent des sommes importantes. Il tient compte également de la nécessité d’assurer dans toute la mesure du possible, dès le début, les frais de fabrication du SUPPLEMENT.
Une personne qui achèterait au numéro tous les Cahiers et tous les SUPPLEMENTS (de 40 à 50, sur une année entière) payerait dans l’année de 58 à 68 F.
Pour les abonnements qui représentent un engagement sur plusieurs mois,· une· ristourne Importante est faite sur ces prix.
L’abonnement couplé de 1 an (donnant droit à 6 numéros des Cahiers de Mal et à un minimum de 40 SUPPLEMENTS HEBDOMADAIRES) est de 40 francs.
L’abonnement couplé de 6 mois (donnant droit à trois numéros des Cahiers de Mai et à un minimum de 20 SUPPLEMENTS HEBDOMADAIRES) est de 20 francs.
Dans la mesure où le nombre de suppléments hebdomadaires dépasserait 20 en six mois ou 40 en un an, ces numéros seront envoyés normalement aux abonnés. L’abonnement est en quelque sorte un forfait qui permet de recevoir toutes les publications des Cahiers de Mai pendant un an ou slx mois.

Les Abonnements-Diffusion

La publication de ce supplément est l’occasion de généraliser une forme d’abonnement - l’ABONNEMENT DE DIFFUSION - dont les Cahiers de Mai malgré leur parution espacée ont pu vérifier la valeur. Des travailleurs ne prenant que trois ou six exemplaires sont en mesure d’assurer, par leur diffusion, une circulation très large de l’information sur leur lieu de travail.
Pour les cas, d’ailleurs, où les travailleurs d’une entreprise considéreraient comme particulièrement utile les informations contenues dans un numéro du SUPPLEMENT HEBDOMADAIRE, ils .pourront immédiatement passer une commande supplémentaire de 10, 100, ou même plus d’exemplaires à un prix raisonnable.
Pour les cas, cependant, où tous les exemplaires ne pourraient .être vendus à chaque fois par le souscripteur, ou s’il décidait d’en donner un en lecture autour de lui, le prix des abonnements de diffusion a été calculé en comptant chaque numéro du journal à 2 F (au lieu de 3 F) et chaque numéro du supplément à 50 centimes (au lieu de 1 F).

Reconversion des abonnements actuellement, en cours

Pour les abonnés actuels des Cahiers de Mai, l’argent restant à courir sur leur abonnement sera, comme cela a toujours été pratiqué aux Cahiers, reporté sur le nouveau système d’abonnement couplé.
Une lettre sera adressée à chacun, lorsque son abonnement viendra à expiration, pour le prévenir d’avoir à le renouveler.
D’ores et déjà, les abonnés dont l’abonnement se termine avec ce numéro se le voient indiqué par une mention spéciale portée sur l’étiquette de leur bande-enveloppe.


Sommaires du Supplément Hebdomadaire aux Cahiers de Mai (Mai 1973-Avril 1974)


Brèves

31 juillet 2016 - Passer Outre (1968-1969)

Nous mettons en ligne le supplément au numéro 4 de Passer Outre : De la misère en milieu lycéen (...)

31 juillet 2016 - Nous sommes en marche (1968-1972)

Nous mettons en ligne 2 numéros supplémentaires de NSEM - Nous sommes en marche.

31 juillet 2016 - L’école de mai (1969-1970)

Nous mettons en ligne 2 numéros supplémentaires de ce journal dont nous ne savons quasiment rien (...)

29 juillet 2016 - Lectures ouvrières (1970-1971)

Nous mettons en ligne les sommaires et numéros du journal Lectures ouvrières, publié comme (...)

20 juillet 2016 - Nous sommes en marche (1968-1972)

Nous mettons en ligne les sommaires et numéros du journal Nous sommes en marche, publié de 1968 à (...)