L’anarchie (1905-1914)

Ce qui suit n’est pas une présentation exhaustive du journal l’anarchie. Pour l’instant nous ne pouvons que proposer des fragments de sa riche existence. Bien souvent l’anarchie s’identifie à son créateur central : Albert Libertad dont on peut trouver ici et là des éléments permettant de mieux connaître l’anarchiste qu’il fût. Bien qu’il soit essentiel et salvateur de lire ses articles, il faut prendre garde de faire l’économie de lire l’anarchie, car l’anarchie contient nombre d’articles tout aussi importants à lire. Mais voilà cette recension n’a jamais été faite - à notre connaissance - à part la réimpression d’article de Victor Serge qui signait sous le nom "Le Rétif".

Maintenant que l’anarchie est disponible pour le plus grand nombre, facilement lisible [1] le passage en revue des différents articles saillants est à faire.

Quelques pistes :

Extrait de la biographie de Libertad, signé Anne Steiner [2]

"... En avril 1905, le premier numéro de L’anarchie sortit des presses et, à partir de cette date, parut régulièrement chaque jeudi, sur quatre pages. On y trouvait des articles d’orientation nettement individualiste, de courts pamphlets, des comptes rendus de lecture, des rubriques scientifiques, des annonces sur les différentes initiatives militantes. "Cette feuille, affirmait le premier éditorial, désire être le point de contact entre tous ceux qui, à travers le monde, vivent en anarchistes sous la seule autorité de l’expérience et du libre examen."

Avec un tirage de quatre mille à six mille exemplaires, L’anarchie connaissait une bonne diffusion à Paris et en Province où résidaient de nombreux abonnés qui firent circuler la feuille autour d’eux. Libertad et Anna Mahé, sa compagne dont il eut un enfant, en assurèrent la direction. Anna qui défendait la réforme de l’orthographe imposa le a minuscule au titre. Autour d’eux se groupèrent des collaborateurs dont quelques-uns prirent par la suite la direction du journal : Roulot dit Lorulot, Juin dit E. Armand, Vandamme dit Mauricius, Rirette Maîtrejean, Armandine Mahé, De Bläsus, Jeanne Morand et sa sœur Alice.

Bientôt le journal fut installé dans une grande maison de deux étages, située 220, rue du Chevalier de la Barre, à Montmartre. L’imprimerie était au sous-sol, le rez-de-chaussée abritait des pièce de vie commune et la salle de rédaction du journal où se déroulaient désormais deux fois par semaine les Causeries. A l’étage, les chambres permettaient d’accueillir une dizaine de personnes dont un certain nombre vivaient là à plein temps, "dans une grande liberté de mœurs" selon les rapports de police. L’été, tables et bancs étaient installés dans la rue : débats, banquets et bals y étaient organisés, ce qui donnait au lieu un certain rayonnement dans le quartier où la figure de Libertad était populaire. "Danser et faire les fous, c’est une excellente propagande", affirmait ce dernier. Un rapport de police le qualifie de "roi de Montmartre". Le local, baptisé "nid rouge" par les policiers était surveillé de près comme en attestent les rapports presque quotidiens d’informateurs appointés par la préfecture."

Pour compléter cette présentation sommaire, on peut lire l’article d’Alexandre Croix, paru dans le Crapouillot de janvier 1938, que nous avons placé dans la présentation générale de la rubrique anarchisme.

Voir de même la fiche technique de L’anarchie proposé par René Bianco sur le site 100 ans de presse anarchiste.

Nous proposons la lecture de quelques textes de Libertad sur le site Base de données anarchistes.

La présentation du recueil de textes de Libertad Le culte de la charogne paru aux éditions Galilée en 1976, ainsi que d’autres textes sur Libertad sur le même site.

Pour ce qui du support papier, autrement plus agréable à lire ! :

Albert Libertad. Et que crève le vieux monde ! Articles choisis et textes inédits. Mutines Séditions. Pour écrire, commander le bouquin (et soutenir une diffusion militante, engagée) : mutineseditions — at — riseup.net . Nous proposons d’en lire sa présentation : Pas demain, aujourd’hui ! Les exigences d’un Albert Libertad.

Albert Libertad : articles choisis. Publié par l’édition du groupe "Libertad" de la Fédération Anarchiste, 1983 GIF - 1.1 ko

Gaetano Manfredonia, Libertad et le mouvement des causeries populaires, éditions de la Question sociale (Bogny sur Meuse), 1998 [3]

  • version pour imprimer la brochure GIF - 1.1 ko
  • version pour lire la brochure GIF - 1.1 ko

Albert Libertad. Le culte de la charogne. Anarchisme, un état de révolution permanente (1897-1908), éditions Agone, octobre 2006.



[1Sur le site Gallica, nous pouvons lire - ou plutôt décrypté - un certain nombre de numéros de L’anarchie. Quant à notre numérisation - sachant qu’il y aura toujours des pinailleurs qui feront la fine bouche et trouveront à redire - nous précisons que nous l’avons effectuée à partir d’une collection qui au départ est reliée et mal qui plus est. Ce qui signifie que parfois les bords sont légèrement plissés, ou encore que le texte est à ras du bord puisqu’il a fallu tout décoller pour obtenir un résultat potable. Outre quelques numéros qui manquent encore, nous chercherons à l’avenir à numériser les numéros particulièrement abîmés à partir d’autres collections.

Cela dit, s’il y a des amateurs... surtout parmi ceux qui cherchent la petite bête.

[2Voir son intervention orale sur youtube.

[3Précisions de Gaetano Manfredonia au sujet de cette brochure : "il est écrit d’une manière erronée dans plusieurs rapports de police Deblasis alors qu’il faut lire Déblasus". D’autre part en ce qui concerne la dernière compagne de Libertad : "le nom de la dernière compagne de Libertad était Jeanne et non pas Jane, mais qu’au cours des dernières années de sa vie elle avait décidé de se faire appeler ainsi. Ses lettres à Armand des années 1920 et 1930 sont ainsi signée "Jane" et non pas "Jeanne". Voir la note 49 par exemple.


Brèves

16 octobre - La Conquête du Pain (1934-1935)

Nous mettons en ligne le "Journal-Revue des idées libertaires" La Conquête du Pain à la courte (...)

4 octobre - Le Réveil/Il Risveglio (1900-1960)

Nous terminons aujourd’hui la mise en ligne d’une série d’articles parus dans le Réveil (...)

29 septembre - Le Réveil/Il Risveglio (1900-1960)

Nous mettons en ligne un journal anarchiste, fondé par Louis Bertoni, qui attend depuis des (...)

1er septembre - L’ Emancipateur (1906)

Nous mettons en ligne le journal L’Emancipateur, Organe du Groupement Communiste Libertaire (...)

9 juillet - ESRI (1891-1903)

ESRI : Etudiants socialistes révolutionnaires internationalistes. Groupe fondé en 1891. Selon J. (...)