Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
II.- Lettre ouverte du Camarade Trotsky à la Fraction du 22 avril 1930.
Bulletin d’Information de la Fraction de Gauche italienne N°2 - Septembre 1931
Article mis en ligne le 10 février 2019
dernière modification le 10 avril 2018

par ArchivesAutonomies

Lettre ouverte à la rédaction du journal communiste italien Prometeo

22 avril 1930

Chers camarades,
 
Il y a quelques mois, vous m’avez adressé une lettre ouverte à laquelle j’ai alors répondu. Il me semble à présent que le moment est venu d’adresser à votre groupe une lettre ouverte.

A Paris se tint récemment une conférence préliminaire de l’Opposition Internationale de Gauche. Cette conférence est un pas sérieux en avant, car elle ne fut possible qu’après un long travail préparatoire de caractère idéologique. Votre groupe, sous les yeux duquel ce travail se déroula, considéra qu’il ne lui était pas possible de participer à cette conférence. Cette abstention extrêmement importante me pousse à vous poser les questions suivantes :

1) Admettez-vous que le communisme puisse avoir un caractère national ? Telle est, par exemple la position d’Urbahns, qui tout en répétant les formules rituelles de l’internationalisme, a créé une secte purement allemande, n’ayant aucune liaison dans le monde, et par conséquent, dénuée de perspectives révolutionnaires. VOUS CONSIDEREZ-VOUS DONC COMME UNE TENDANCE NATIONALE OU COMME UNE PARTIE D’UNE TENDANCE INTERNATIONALE ?
 
2) Si, dans votre réponse à cette question, vous déclariez être entièrement satisfaits de votre existence nationale et isolée, il n’y aurait pas lieu de poser d’autre question. Mais je ne doute pas que vous vous considériez comme des internationalistes. Dans ce cas, une seconde question se pose : A QUELLE TENDANCE INTERNATIONALE PRÉCISE APPARTENEZ-VOUS ? Il existe en ce moment trois courants fondamentaux dans le communisme international : le centre, la droite et la gauche (léninistes). En dehors de ces trois courants, il y a différentes sortes d’échappatoires ultra-gauchistes qui tâtonnent entre le marxisme et l’anarchisme. Jusqu’ici nous pensions que la tendance dont vous étiez les plus proches était celle de l’Opposition de Gauche. Nous attribuions votre hésitation à votre désir possible de vous orienter dans le développement de l’Opposition de Gauche. Mais l’hésitation ne peut pas durer toujours. La vie ne s’arrête pas, ni en Italie, ni dans le reste du monde. Pour rejoindre la Gauche Internationale, il n’est nul besoin du faux "monolithisme" dans le sens de la bureaucratie stalinienne. Ce qu’il faut, c’est la solidarité actuelle sur les questions fondamentales de la stratégie révolutionnaire qui a résisté à l’épreuve des dernières années.

Certains désaccords tactiques sont absolument inévitables et ne peuvent être un obstacle à une étroite collaboration dans le travail d’élaboration de l’organisation internationale. En quoi consiste votre désaccord avec l’Opposition de Gauche ? A-t-il un caractère de principe ou un caractère secondaire ? Il faut que vous répondiez à cela d’une façon claire et précise.
 
3) Votre absence à la conférence internationale préliminaire peut être interprétée comme conséquence du désaccord qui vous sépare de l’Opposition de Gauche sur des questions de principe. S’il en est ainsi, une troisième question se pose : pourquoi n’organisez-vous pas une fraction internationale de votre propre tendance ? Après tout, vous ne pouvez pas concevoir que des principes révolutionnaires valables pour le monde entier ne puissent être appliqués en Italie ou vice versa. L’attitude passive et conciliatrice envers l’Opposition de Gauche liée au refus de se joindre à elle et le refus de participer à la vie de l’avant-garde communiste d’autres pays est typique du socialisme national ou du communisme national et n’a rien de commun avec le communisme marxiste.

Votre réponse à ces questions a une importance sérieuse non seulement du point de vue italien, dans la mesure où ces deux points de vue peuvent, d’une manière quelconque, être séparés l’un de l’autre. L’illégalité où se trouve réduit le Parti communiste italien fait qu’il est difficile de suivre son développement. Néanmoins il ne peut y avoir de doute qu’à l’intérieur des cadres du Parti communiste italien, il existe en dehors de la fraction officielle, votre groupe et la droite (Tasca) de nombreux éléments ouvriers qui n’ont pas encore formulé leurs positions ouvertement. Dans ces circonstances vous êtes parmi les éléments qui ne se sont pas encore définis. Cependant, c’est précisément l’illégalité du parti qui exige d’une façon doublement impérieuse l’entière clarté de principe des groupes dirigeants. Votre réponse aidera à hâter la cristallisation idéologique au sein de l’avant-garde du prolétariat italien.

Il est inutile de dire que l’Opposition russe se félicitera d’apprendre votre résolution de rejoindre la Gauche Internationale.

Avec mes salutations communistes,
 

L.Trotsky.