Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie de Gabriel Gobron (1895-1941)
Article mis en ligne le 16 octobre 2017
dernière modification le 15 octobre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

GOBRON, Gabriel

Né le 5 juillet 1895 à Bayonville-sur-Mad (Meurthe-et-Moselle) — mort le 8 juillet 1941 - Instituteur, puis professeur ; Journaliste et écrivain - Rethel (Ardennes)

Fils d’un ouvrier boulanger mort de tuberculose en 1920, l’instituteur pacifiste et écrivain Gabriel Gobron a collaboré entre les deux guerres à plusieurs titres de la presse libertaire dont : La Conquête du Pain (Boulogne Billancourt, 45 numéros du 13 octobre 1934 au 13 décembre 1935) de Fernand Planche, L’En Dehors (Orléans, mai 1922-octobre 1939) d’E. Armand, Germinal (Amiens, 1919-1933) de Georges Bastien, Les Libérés de toutes les Guerres (Lyon, 24 numéros de novembre 1924 à mars 1927) de E. Kessler, Le Libertaire (Paris, 1925-1935), La Patrie Humaine (Paris, 1931-1939) de Victor Meric, Robert Tourly, Roger Monclin et Louis Loréal, Les Primaires (Issy-les-Moulineaux, 1921-1939) de René Bonissel et Roger Denux, Le Semeur de Normandie (Caen & Falaise, 1923-1936) d’Emile Bauchet où il était plus particulièrement chargé des critiques de livres étrangers, SIA (Paris, 1938-1939) et Terre Libre (série parisienne en 1936-1937) de F. Planche.

Passionné de spiritisme, il fut dès la fin des années 1920 un propagateur puis l’historien d’une version rénovée du bouddhisme, le Caodaïsme, une sorte de syncrétisme du Bouddhisme, du Christianisme et du Taoïsme, essentiellement répandu au Vietnam. Les écrits de Gobron, appelé "frère Gago" chez les caodaistes, ont été publiés après sa mort sous le titre "le Caodaïsme, bouddhisme rénové et spiritisme annamite" (1949).

En 1937 il fut l’auteur dans La Patrie humaine, d’un article intitulé "L’effroyable jeu" dénonçant les livraisons de pétrole faites par l’URSS aux pays fascistes, article qui fut ensuite reproduit au Centre naturiste libertaire de bascon et diffusé par la Fédération anarchiste de langue française (FAF) et le journal Terre libre.

Un Gobron a été volontaire en Espagne lors de la guerre civile, mais nous ne savons s’il y a parenté ?

G. Gobron est décédé le 8 juillet 1941 à Rethel (Ardennes). Il serait enterré à Bayonville-sur-Mad (Meurthe-et-Moselle) où il avait de la famille et avait vécu un temps (voir sa notice complète et bibliographie dans le Maitron).

Œuvres : Gabriel Gobron a également publié de nombreux livres et essais dont plusieurs de caractère libertaire : - Enfances catholiques (La Brochure mensuelle, 1934) ; - Jean Peuple bâtit la cité (La Brochure mensuelle, 1937) ; - Ni Bolchévisme, ni fascisme (s.d.)

Sources : Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier..., op. cit. // R. Bianco "Un siècle de presse...", op. cit. // Renseignements fournis par la famille // Terre libre, année 1937//


NdE : Cette biographie est extraite du dictionnaire international des militants anarchistes.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53