Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Biographie d’Eugène Delong (1882-1954)
Article mis en ligne le 16 octobre 2017
dernière modification le 15 octobre 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

DELONG Eugène, Camille "GENOLD"

Né le 23 février 1882 à Paris 1er arr. — mort le 27 janvier 1954 - Publiciste - Paris 18

Fils d’un garde de Paris domicilié à la caserne Napoléon, publiciste, Eugène Delong dit Genold, qui aurait été le secrétaire du statuaire A. Rodin et était domicilié 3 rue Saint Rustique (XVIIIème arr.), , s’est ainsi présenté dans le journal Ce qu’il faut dire (CQFD) du 10 mars 1917 : "Je suis, moi, un homme du peuple, un vrai, fils de paysans, j’ai connu la chaumière où le sol est de terre battue puis, tout enfant, le taudis parisien et la rue : la rue où depuis l’âge de quinze ans, petit primaire, j’ai cherché tout seul ma pitance, tour à tour employé, colporteur, ouvrier, vagabond...".

Pendant la guerre, réformé n°2, il avait été maintenu dans cette position en mai 1915.

Outre la collaboration à CQFD, journal créé par Sébastien Faure et Vandamme Mauricius, paru du 2 avril 1916 au 22 décembre 1917 régulièrement amputé par la censure, Genold qui avait été maintenu réformé le 28 mai 1915, apporta également son concours à Par-delà la mêlée, journal d’E. Armand et Pierre Chardon, qui parut du 26 janvier 1916 au 28 février 1918 (42 numéros), puis à La Mêlée (1918-1920) de Pierre Chardon , à Franchise (Paris, 3 numéros du 31 mars au 14 avril 1918) organe fondé par Vandamme et victime de la censure, et au Libertaire, dès qu’il parut en janvier 1919, collaboration régulière qui se poursuivit jusqu’en 1936 au moins.

En mars 1919, avec notamment Le Meillour, Sirolle, Boudoux, Renneringer, Gillot, etc, il fut le signataire d’une protestation contre les perquisitions effectuées au siège du Libertaire à la suite de l’attentat de Cottin contre Clemenceau (cf. Le Libertaire, n°6, 2 mars 1919). Il demeura alors 71bis rue Vamrémont puis 55 rue des Abeses (XVIIIème arr.).

Il collaborait également à la revue littéraire La Forge (Paris, 1917-1920) ainsi qu’à la revue de Maurice Wullens Les Humbles (Paris, 1916-1940). Genold, qui habitait alors 18 rue Danrémont (Paris 18) publia l’hebdomadaire littéraire Notre Voix (Paris, 32 numéros du 6 avril au 15 décembre 1919, puis mensuel. 4 numéros de février à avril 1920) auquel collaborèrent notamment Henri Barbusse, Louise Bodin, Fanny Clar, G. de Lacaze-Durthiers, Léon Werth, Romain Rolland et Maurice Wullens et les dessinateurs Aurelian, F.M. Berthet, Lucien Laforge et Pierre Larivière. Dans le numéro du 5 mars 1920, il s’exprimait ainsi : "C’est par l’autorité qui vient d’en bas s’exerçant par la dictature du prolétariat, que l’élite qui vient, non seulement conservera les acquisitions de la connaissance humaine, mais établira sur les ruines du coffre-fort la souveraineté de l’esprit". Le journal Le Soviet (Paris, 13 numéros du 21 mars 1920 au 14 mai 1921), organe de la Fédération communiste des soviets (section de langue française de l’Internationale de Moscou) que plusieurs anarchistes communistes avaient rallié (dont Lebourg, Jean Hermite, Justin Olive, etc...), auquel Genold apporta sa collaboration pour les numéros des 9 mai, 20 juin et 26 septembre 1920, reprit cet article dans les numéros des 9 mai et 20 juin 1920 ; dans celui du 26 septembre 1920, Genold s’affirmera pour un certain "robespierrisme", la dictature ne devant être toutefois "qu’un moyen et non une fin". Dans les années 1920 il écrivait également dans La Revue anarchiste (Paris, janvier 1922 à août 1925) dont les rédacteurs principaux étaient Sébastien Faure et André Colomer.

En 1930, Genold se trouvait à Saïgon où André Claudot le rencontra, il travaillait alors pour Alger républicain. Genold était franc-maçon.

Genold a également collaboré à La Conquête du pain (Boulogne Billancourt, 45 numéros du 13 octobre 1934 au 13 décembre 1935) dont l’administrateur était Fernand Planche et le gérant E. Bidault.

Marié à Paris XVIIIe arr. le 11 avril 1924, il mourut dans ce même arrondissement le 27 janvier 1954.

Œuvre : Genold fut l’auteur en 1917 de deux brochures, "Le Pourrissoir" qui portait en sous-titre "Bourreurs de crâne et chiffons de papier", et "L’Église et la Guerre" que préfaça Sébastien Faure. Il aurait aussi participé à la création de L’Individualiste (date ?) titre non répertorié par R. Bianco.

Sources : Arch. Nat. F7/13053, rapport de mars 1916. — Journaux cités. — J. Maitron, Le Mouvement anarchiste en France, op. cit. — État civil de Paris, Greffe du Tribunal de grande instance de Paris : la déclaration de naissance est faite par le père (44 ans) en présence de deux témoins, gardes républicains. Le père et la mère (39 ans, ménagère) se marient dans le 1e arr. le 9 juin 1882.= notice de J. Maitron in "Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier...", op. cit. // R. Bianco "Un siècle de presse...", op. cit. // Le Libertaire, 2 mars 1919// CAC Fontainebleau 1994 0494 art.54, Notre Voix //


NdE : Cette biographie est extraite du dictionnaire international des militants anarchistes.




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53