Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Aux électeurs de la Haute-Savoie
Par François Dumartheray, membre de l’Association Internationale des Travailleurs. 1876
Article mis en ligne le 2 mai 2017
dernière modification le 1er mai 2017

par ArchivesAutonomies
logo imprimer

TRAVAILLEURS !

Vous voilà de nouveau appelés au scrutin pour élire vos représentants. Allez-vous encore continuer à vous rendre complices des crimes qu’ils commettent journellement et vous faire augmenter les impôts, car toutes les fois que vous votez, vous devez remarquer que, malgré les promesses que vous font vos élus, il y a toujours eu augmentation quelque temps après, et cela est fatal. Donc, dans un temps peu éloigné, vous ne serez que fermiers du bien dont vous croyez être propriétaires actuellement. Déjà, pour ce motif, vous devriez vous abstenir pour étudier ce que vous avez à faire, car vous seuls pouvez faire ce que vos besoins vous commandent, et nul autre. Maintenant, regardez ce que vous avez devant vous ; d’un côté le parti bonapartiste, de l’autre le parti républicain ; ils ont l’air de se disputer ; soyez sûrs qu’ils sont bien d’accord, surtout pour vous tondre. Croyez bien qu’ils n’iront jamais vous aider à travailler, mais bien toujours unis pour dévorer vos peines ; et quand vous crierez trop, ils feront ce qu’ont fait les bonapartistes à Aubin et à la Ricamarie, assassiner les travailleurs et les républicains, alliés, comme toujours, avec les fainéants de bourgeois. Ils ont aussi assassiné tout ce qu’il y avait d’ouvriers dans Paris. Eh bien, voulez-vous vous rendre de nouveau complices de tous ces crimes et de deux qu’ils ne manqueront pas de commettre à nouveau. Votez, mais sachez-le bien, vous devenez aussi coupables qu’eux. Mais comme vous ne pouvez pas vouloir la mort de vos frères des villes qui souffrent comme vous, vous n’irez pas tendre la main à ces vampires qui ont nom bourgeois ; et du bulletin que vous donneront les calotins et les pousse-culs de toutes sortes pour porter dans l’urne, servez-vous en quand les besoins s’en font sentir et dites avec nous : Abstention !
Honneur au travailleur et mort au fainéant, c’est-à-dire au bourgeois.

François DUMARTHERAY
Membre de l’Association Internationale des Travailleurs




Site réalisé sous SPIP
avec le squelette ESCAL-V3
Version : 3.87.53