Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
L’année 68 commence avec un nouveau râle du capitalisme mondial
{Internacionalismo} n°8 - Janvier 1968
Article mis en ligne le 2 juillet 2016

par ArchivesAutonomies

Les grands cercles financiers et bureaucrates du monde sont ébranlés, le sombre futur du capitalisme s’est montré à nouveau sur la scène mondiale, la société marquée depuis sa naissance par la lutte de classe a montré son visage, et sa mort se montre beaucoup sanglante que son début.

L’année 67 nous a laissé la chute de la Livre Sterling et l’année 68 nous apporte les mesures de Johnson ; la lutte inter-capitaliste, en devenant plus aiguë, rend chaque jour plus réelle la guerre mondiale. Revoici la décomposition du système capitaliste qui durant quelques années était restée occultée derrière l’enivrant "progrès" qui a suivi la guerre mondiale.

Si la crise du capitalisme de 1929 fut précédée par une courte époque de grandes espérances, d’augmentations de salaires pour les ouvriers et de bénéfices pour les capitalistes, la crise qui approche porte le signe du désespoir. N’importe quel voyant ou astrologue qui veut devenir célèbre et commence à prophétiser les pires calamités pour l’humanité ; c’est le système marchand qui au moment même où il montre ses blessures les met en vente.

Au milieu de cette situation, la classe ouvrière ouvre son chemin lentement et par bonds, dans un mouvement souterrain qui par moment paraît inexistant ; elle explose ici, illumine quelques instants d’une lumière éblouissante pour s’éteindre subitement et s’allumer de nouveau plus loin. C’est le réveil de la classe ouvrière, du combat ouvert.

"Les révolutions prolétariennes, comme celles du XIX siècle, font constamment leur propre critique, interrompent continuellement leur propre marche, reviennent sur ce qui semblait achevé, pour recommencer depuis le début".

La classe ouvrière abattue dans la lutte qui suivit la première guerre mondiale, n’a pas cessé d’aller de déroute en déroute, chaque nouvelle déroute étant plus atroce que la précédente ; son échec qui a été durant ces 50 dernières années l’échec de l’humanité entière, la classe le porte en elle : ses organes dégénérés, les partis staliniens. Aujourd’hui nous sommes confrontés à ce processus de décomposition des partis "communistes", qui correspond également à la naissance d’un nouveau processus révolutionnaire.

Face à la stagnation des marchandises, face à l’impossibilité pour le capitalisme d’étendre son monde déjà réparti plusieurs fois, face à la faillite générale du système capitaliste, la bourgeoisie met en avant sa solution : destruction d’une partie du monde qui puisse lui permettre de reconstruire, de continuer l’accumulation, d’augmenter l’exploitation de toute la société contemporaine. Face à la solution capitaliste, le prolétariat pose la question pour toute la société de sortir de l’oppression du capital, de l’élimination des "solutions" capitalistes et des problèmes capitalistes : c’est la révolution prolétarienne internationale.

Nous ne sommes pas des prophètes et nous ne prétendons pas dire quand et de quelle manière vont se dérouler les événements à venir. Mais ce dont nous avons conscience c’est qu’il est impossible d’arrêter le processus qu’est en train de vivre le capitalisme actuel , ni avec des réformes ou des dévaluations, ni n’importe quel autre type de mesures économiques capitalistes : le système va droit à la crise. Nous avons également conscience du processus inverse : le développement de la combativité de la classe, que nous vivons actuellement va conduire la classe ouvrière dans une lutte sanglante et directe pour la destruction des états bourgeois. Où mènent ces processus parallèles et indissolublement liés ? Nous ne le savons pas, mais nous y allons avec le front haut et un seul cri de rébellion dans la bouche : Prolétaires de tous les pays, unissez-vous !