Bandeau
Fragments d’Histoire de la gauche radicale
Slogan du site
Descriptif du site
Deuxième Lettre
{Intolérable}, n°4, 1972, p. 17-18.
Article mis en ligne le 11 avril 2014
dernière modification le 10 avril 2014

par ArchivesAutonomies

Un jour, un soir triste, triste à en crever !

Salut frangin !
Le seul défaut (enfin un parmi tant d’autre ! que j’ai c’est d’être obstiné : j’aime qu’on me dise oui ou merde ! Je t’ai écrit une lettre silence ! Je récidive en espérant que tu me répondras. Enfin si tu ne réponds pas je n’en écrirais pas une troisième car ses mes amis de cellule qui payent les timbres et je ne veux pas les ruiner.
Pourtant lors de notre dernière entrevue j’ai cru (ô combien je suis crédule !) que nous nous étions compris. Bien sûr tu l’avais belle tu avait l’impression de t’adresser à un débile. On avait invité le fou du village histoire de se marrer un peu. Ne te souviens tu pas que tu m’avais dit que ta porte m’était toujours ouverte. Pour moi peut-être, mais pas pour mes lettres. Tu sais de tous les frangins c’est toi que je préfère : c’est pas des fleurs que je te lance, je n’en ai pas les moyens ! C’est peut-être ton côté beatnik ou anar qui me bottait en toi. Mais je m’aperçois que tu es aussi égo que les autres. Toi aussi tu cherches ton chemin mais malgrés tes tendances anar tu mènes une petite vie de bourgeois. Vous aussi vous chercher votre chemin ce n’est pas celui de Katmandou. Mais je n’ai pas à faire des pronostique sur ta vie. Vie ta vie, je ne tiens pas spécialement à te pourrir la vie. J’aimais bien ta maison : je la considérais comme la roulotte des "parents ter­ribles" de Cocteau. J’étais bien chez toi, dommage que nous n’ayons pas eu l’occasion de parler seul à seul. Je ne sais si tu as lu les journaux fachos qui ont écrit des propos mensongiés et diffamatoires sur mon affaire. Mais la seule chose qu’on me reproche c’est d’avoir tenté de vendre dix plaques d’opium à un flic qui se faisait passer pour un Junky.
Je vais terminer ma lettre ici car les effets des somenifères commence à faire tout drôle et ne vois plus ce que j’écris.

Amicalement et Fraternellement

H.

Bonjour à M. et à Tarzan. Fais un effort écris moi !... FREEDOM !